DMP : les étapes du chantier

DMP | 21 juin 2010
Au terme de la procédure d’appel d’offres engagée dans le cadre du marché « hébergement du DMP », la construction du DMP a démarré au mois de mars 2010. L’objectif : mettre en place une première version avant la fin de l’année 2010.
 
Medecin consultant son ordinateur

Un nouvel envol pour le projet DMP

C’est suite à un long travail préparatoire que le consortium industriel mené par les groupes ATOS Origin et LA POSTE a été choisi pour réaliser la première version du Dossier Médical Personnel. Ce travail préparatoire a tout d’abord permis la rédaction d’un nouveau cahier des charges qui a pu être publié au mois d’octobre 2009. Les réponses des candidats ont été reçues en décembre 2009 et ont donné lieu à une analyse détaillée et minutieuse qui a permis de sélectionner en mars 2010 la meilleure proposition. Les travaux avec le consortium sélectionné ont pu alors démarrer avec un objectif ambitieux : un départ en production de la première version du DMP avant la fin de l’année 2010.
 

Un chantier informatique complexe

Il s’agit d’un large chantier informatique composé de quatre systèmes d’information (SI) principaux.
 
  1. Le principal SI est bien entendu le SI DMP. C’est celui qui est au cœur du dispositif et qui va permettre de créer, d’alimenter et de consulter des dossiers médicaux personnels. Les professionnels de santé (avec l’autorisation du patient) et le patient pourront consulter et alimenter le DMP. Ce chantier complexe est lui-même composé de sous-chantiers car le DMP doit être accessible par différents canaux : à travers une navigateur internet, mais aussi sous forme de web-services permettant aux professionnels de santé d’utiliser le DMP de façon intégrée à leur espace de travail habituel. Le DMP sera aussi interfacé, si le patient l’autorise, à des sources de données externes comme l’historique des remboursements de l’assurance maladie ou le dossier pharmaceutique. Il doit aussi être interfacé avec les systèmes CPS pour permettre une authentification forte des professionnels de santé.
     
  2. Le chantier inclut aussi la mise en œuvre d’un portail de communication dédié au DMP, qui mettra de nombreuses informations à disposition des patients et des professionnels de santé. Fiches d’information, témoignages, animations et vidéos permettront de répondre aux questions qui s’exprimeront : pourquoi créer un DMP ? qui peut le créer ? qui peut y accéder ? comment y accéder ? Comment l’alimenter ? , etc.
     
  3. Un SI Support sera aussi mis en œuvre pour être utilisé par le service d’assistance aux utilisateurs. Ce SI Support permettra aux « hotliners » de saisir les demandes adressées par les utilisateurs, que ces demandes soient de simples demandes d’information ou qu’elles concernent des difficultés d’usage du DMP ou des dysfonctionnements. Les informations statistiques remontées par ce SI Support permettront d’avoir une vision en temps réel des interrogations ou des difficultés auxquelles les utilisateurs sont confrontés.
     
  4. Enfin, un SI Pilotage permettra d’agréger les différentes informations statistiques remontées par les trois SI ci-dessus pour donner aux équipes de l’ASIP Santé une vision complète du fonctionnement du dispositif. Ces informations permettront de connaître en temps réel le nombre de DMP ouverts, le nombre d’utilisateurs et d’accès, le nombre de documents mis à disposition, le taux de partage, la charge sur les serveurs informatiques, les incidents détectés, etc. afin de permettre de réagir rapidement en cas d’anomalies et surtout d’anticiper les évolutions pour mieux les accompagner.
 

Un calendrier ambitieux

Le dispositif DMP1 devra être opérationnel et accessible aux utilisateurs avant la fin de l’année 2010. Dès lors, le déploiement se fera par étapes et de façon coordonnée avec l’ensemble des partenaires concernés (patients et professionnels de santé, éditeurs de logiciels de professionnels de santé, établissements de santé, ENRS, plateaux techniques …). Pour les éditeurs, le DMP devra être une opportunité de fournir de nouveaux services à leurs clients [insérer lien vers l’article de NJA].

Les travaux de construction du DMP1 s’organisent par chantier et un certain nombre de livrables intermédiaires seront mis à disposition dès la mi-2010 :
  • juillet 2010 : mise à disposition des spécifications techniques de DMP-compatibilité, qui permettront aux éditeurs de faire les développements nécessaires pour s’interfacer avec le DMP ;
  • septembre 2010 : mise à disposition d’un kit de développement comprenant du code exemple et des outils de tests, pour que les éditeurs puissent tester les développements qu’ils auront réalisés ;
  • novembre 2010 : mise en œuvre de la procédure de DMP compatibilité qui permettra à un éditeur de revendiquer la bonne intégration de son logiciel avec le DMP et ainsi d’assurer un service de qualité à ses utilisateurs.
     
D’autres livrables intermédiaires permettront de tester la qualité ergonomique des interfaces utilisateurs, ou le bon fonctionnement technique. D’un point de vue projet, chaque système d’information suit un cycle classique avec une phase de conception, une phase de développement, une phase de recette fonctionnelle et technique, puis une phase de mise en production. Les tests réalisés permettent de s’assurer que le produit livré est conforme aux attentes de utilisateurs, qu’il fonctionne de façon fiable et sécurisée, et qu’il est en mesure d’absorber une forte montée en charge. A l’issue de la mise en production de la version 1 du DMP1, de nouvelles versions pourront être mises en production pour améliorer ou enrichir le fonctionnement applicatif.
 
Une large équipe est aujourd’hui mobilisée pour réussir la mise en œuvre opérationnelle de ce grand projet.