Quantified Self : l’analyse du Comité de la prospective de la CNIL

Éthique | 02 sept. 2013
A peine créé, le Comité de la prospective de la CNIL consacre l’une de ses premières publications à la tendance de « l’ auto-mesure de soi » (« quantified self »). Le 5e numéro de la « Lettre IP Innovation & Prospective » propose en effet une analyse de ce phénomène, dans le prolongement des premières recommandations publiées par la CNIL en novembre 2012.

Publié fin juillet, le cinquième numéro de la « Lettre IP Innovation & Prospective » de la Commission nationale informatique et libertés (CNIL) propose des premières pistes d'analyse sur cette nouvelle pratique du "quantified self " (ou auto-mesure de soi), à l'origine de la création de données d'un nouveau genre.

Pour la CNIL, en effet, la question de l'émergence, dans le domaine de la santé et du bien-être, des pratiques du « quantified self » ou de « l'auto-mesure de soi » soulève de nouveaux enjeux pour la protection des données. Le sujet est d’ailleurs inscrit au programme d'études de l’organisation,
dans le cadre du chantier « Vie privée 2020 ».

Ces applications mobiles de santé, qu'il s'agisse des balances connectées, bracelets et autres capteurs physiques de mesure de forme, des réseaux sociaux de malades etc. se fondent sur des modes de capture automatique et de partage de grandes masses de données personnelles. Collectées par les individus eux-mêmes, ces données concernent par essence l'intimité de la vie privée de chacun. Aussi,
la CNIL avait déjà publié en novembre 2012 une première série de recommandations quant à l’utilisation de ces appareils.

Dans le prolongement de ces travaux, la CNIL souhaitait analyser l'impact de ces nouvelles pratiques sur la protection des données personnelles de santé, au moment où des sociétés françaises, leaders en ce domaine, viennent de réaliser d'importantes levées de fonds.

Le 5e numéro de la « Lettre IP Innovation & Prospective » est l'occasion de dresser un premier état des lieux des travaux et réflexions engagés à ce jour. Quels sont les usages émergents ? Quels modèles économiques se dessinent ? Pourquoi les individus sont-ils si désireux de se mesurer et de partager leurs données ? Quel statut conférer à ces données - d'un type un peu particulier - à la frontière du bien-être et de la santé ?

La « Lettre IP Innovation & Prospective » est une publication qui émane du Comité de la prospective de la CNIL,
créé en mai dernier et faisant appel à des experts extérieurs. Au-delà du rôle d'orientation scientifique des études conduites par la commission, l’objectif du comité est d’être une « boîte à idées », visant à mieux comprendre les transformations technologiques et en évaluer les enjeux éthiques.

Dans un format court et une mise en page claire, la « Lettre IP Innovation & Prospective » aborde la question de
« l’auto-mesure de soi » sur les plans éthique, juridique, mais aussi économique et sociologique, le tout appuyé sur une foule de statistiques et de données chiffrées.


Retrouvez-la dès à présent en téléchargement sur le site de la CNIL



Crédits photo: © Robert Lehmann - Fotolia.com