Un biennum de coopération qui s’achève très positivement

Politique publique | 21 mars 2013
Du 5 au 9 mars 2013, l’ASIP Santé a accueilli une délégation du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec (MSSS)  pour une 4e rencontre dans le cadre de l’Entente complémentaire de coopération dans le domaine du partage et de l’échange d’informations de santé.
Il y a deux semaines, l’ASIP Santé accueillait dans ses locaux une délégation du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec (MSSS), pour échanger les expériences dans le domaine des systèmes d’informations de santé.

Depuis fin 2010, en effet, les deux organisations ont signé une « Entente complémentaire de coopération dans le domaine des systèmes de partage et d’échange de l’information de santé » avec le soutien de la Commission permanente de coopération franco-québécoise (63ème session). Cette commission, émanant du ministère québécois des relations internationales, de la Francophonie et du commerce extérieur d’une part, et du Ministère français des affaires étrangères d’autre part, est chargée d’élaborer un programme biennal d’activités de coopération entre les administrations québécoise et française.

Le projet, d’une durée de deux ans (biennum), porte principalement sur l’interopérabilité des systèmes d’information de santé. Par exemple, le Dossier Médical Personnel (DMP) français et le Dossier Santé Québec (DSQ) sont deux projets similaires qui utilisent l’interopérabilité pour partager des données de santé.

Des réunions de travail à distance sont organisées tout au long du biennum, par visioconférence, et les experts des deux organisations échangent en permanence par e-mail et téléphone. Quatre déplacements, ou « missions », (deux dans chaque territoire) ont également été organisés durant la période de coopération pour permettre de renforcer les liens entre les équipes, progresser plus rapidement sur certains points, rencontrer les acteurs locaux de la e-santé et permettre de faire des démonstrations concrètes des travaux menés de part et d’autre de l’Atlantique.

Pour cette deuxième et dernière venue d’une délégation du MSSS du Québec dans le cadre du biennum 2011-2012, l’ASIP Santé avait organisé un déplacement à la Clinique Pasteur de Toulouse pour une démonstration en situation du système d’information de l’établissement. Ce dernier est en effet à la pointe de l’intégration des technologies de l’information et de la communication dans le suivi des patients : Dossier Médical Personnel (DMP), téléconsultation en dermatologie pour le suivi des plaies, télésurveillance en rythmologie pour le suivi des défibrillateurs implantables, téléformation en connexion avec le bloc opératoire de cardiologie interventionnelle et télé-suivi des chimiothérapies en HAD (partenariat avec le CHU), c’est tout un ensemble de services qui s’interconnectent pour fluidifier la prise en charge des malades. 



De droite à gauche : John Gauvreau, Guy Laliberté du MSSS du Québec et une infirmière de la Clinique Pasteur de Toulouse pendant une démonstration du système informatisé de suivi des dossiers patient.

La délégation québécoise, composée de John GAUVREAU, Directeur général adjoint au Bureau de programme pour l’informatisation Réseau de santé et des services sociaux (RSSS) du Québec, de Guy LALIBERTE, Chef du Service des Orientations Stratégiques et Architecture, à la Direction générale des technologies de l'information (DGTI), et de Roch BEAUCHEMIN, Conseiller stratégique auprès de Madame la Sous-Ministre associée, Bureau de programme pour l’informatisation du RSSS, s’est ensuite dirigée vers le CHU de Toulouse, pour une présentation du CHU et plus précisément du service de cardiologie de l’Hôpital Rangueil, à la pointe du suivi télécardiologique.

Accompagnés notamment par Jean-Yves ROBIN, Directeur de l’ASIP Santé, Jeanne BOSSI, Secrétaire générale de l’ASIP Santé et Elisabeth HUBERT, Présidente de la Fédération nationale des établissements d’hospitalisation à domicile (FNEHAD), qui collabore avec l’ASIP Santé dans le domaine des systèmes de partage et d’échange de l’information de santé, ils ont pu rencontrer Jacques LEGLISE, Directeur Général du CHU de Toulouse, et le Professeur Louis LARENG, Président de la Société européenne de télémédecine et administrateur du GCS Télésanté de Midi-Pyrénées. Lors de cette visite, les membres de la délégation du MSSS du Québec ont d’abord pu faire la connaissance de l’équipe du service de Cardiologie de l’Hôpital Rangueil, structure d’excellence pour la prise en charge des syndromes coronariens et infarctus du myocarde (angioplasties coronaires, stent) et des valvulopathies (prothèses aortiques par voie transcutanée). Ils ont ensuite assisté à une démonstration de vidéotransmission de coronarographie depuis l’hôpital d’Albi, à 80 km de là, dirigée par le directeur du service, le Professeur Didier CARRIÉ.

De retour à Paris, les membres de la délégation québécoise ont participé à une série de réunions de travail sur les thèmes identifiés comme prioritaires dans le biennum : gouvernance, interopérabilité des systèmes d’information de santé (SNOMED CT, LOINC, IHE, messagerie sécurisée de santé, services de confiance), cadres juridiques, programmes de déploiement, suivi coordonné d’un projet commun (télémédecine) et relations avec les industriels (homologation et certification).

Cette quatrième mission clôturait donc une session de coopération bien remplie, dont l’un des principaux achèvements concernait l’interopérabilité. En effet, le biennum 2011-2013 a permis de préparer un socle commun pour la traduction d’une terminologie utilisée pour l’échange de résultats de biologie (LOINC). La mise en cohérence et la mesure des écarts entre les deux traductions de cette terminologie conçue à l’origine en langue anglaise préfigure un vocabulaire commun pour toute la francophonie.

Faisant le constat d’une convergence de leurs enjeux avec pour toile de fond la francophonie, le
Québec et la France ont tiré de cette coopération des bénéfices qui dépassent de loin leurs attentes initiales (vous retrouverez un bilan plus détaillé des travaux du biennum dans un prochain article).
L’ampleur des missions respectives des deux parties, l’intérêt commun des premiers résultats des travaux ont donc amené le MSSS du Québec et l’ASIP Santé à souhaiter poursuivre leur partenariat pour un second biennum. Une candidature a ainsi été présentée à la Commission permanente de coopération franco-québécoise pour 2013-2014.

Le projet conjoint porte en premier lieu sur la poursuite des travaux engagés sur les référentiels d’interopérabilité (DMP, DSQ, messagerie sécurisée, télémédecine). Il intègre de plus une nouvelle dimension économique qui veut faciliter le partage de l’expertise et du savoir-faire de nos industriels respectifs, en leur donnant l’occasion de tisser des liens avec les donneurs d’ordre de la France et du Québec par des présentations croisées de leurs réalisations.