L’image est au cœur des échanges dans le DMP Midi-Pyrénées

Régions | 11 juin 2010
Les projets de télémédecine et de DMP en Midi-Pyrénées respectent les choix des acteurs régionaux, en particulier pour l’imagerie. Ils donnent la priorité à la mutualisation des données, pour répondre aux problèmes de démographie médicale. Cette cohérence territoriale se fait dans le cadre de la convergence nationale.

Le projet iConvergence DMP Midi-Pyrénées résulte d’une forte volonté de coopération régionale. Il réunit de nombreux établissements de santé publics et privés, les principaux réseaux de santé de la région et l’Union régionale des médecins libéraux, dans le cadre du groupement d’intérêt public Réseau Télémédecine et eS@nté Midi-Pyrénées.

Cohérence régionale et convergence nationale

iConvergence DMP Midi-Pyrénées met à la fois en œuvre une plate-forme régionale eS@nté, destinée à faciliter les échanges, et un partage d’informations entre acteurs de santé régionaux permettant une interopérabilité durable entre les dossiers d’établissements, de réseaux de soins ou des logiciels de gestion de cabinet.

Ce choix d’unité et de mutualisation entre la logique nationale du DMP et l’urbanisation du système d’information de santé en région affiche quatre finalités :
– sécuriser et faciliter les échanges d’informations de santé entre professionnels de santé
– organiser et réguler le partage et le stockage d’informations de santé relatives à la prise en charge d’un patient, dans un objectif de coordination et de continuité des soins délivrés
– favoriser l’interopérabilité de systèmes d’information hétérogènes, afin de permettre la circulation fiabilisée de l’information eS@nté
– viser la mutualisation de services régionaux télémédecine et eS@nté : visioconférence multisite et webconference, téléradiologie/téléimagerie, rapprochement d’identités patients, annuaire des professionnels de santé, de gestion des habilitations, messagerie médicale sécurisée, portail d’information santé, outils collaboratifs, hébergement d’applications mutualisées, etc.

Un pilotage rigoureux

Chef de file, le GIP assure le rôle de porteur de projet pour la phase de pré-généralisation du DMP en région et la maîtrise d’ouvrage (MOA) opérationnelle de la plate-forme régionale eS@nté, sous l’égide de la maîtrise d’ouvrage stratégique d’un comité de pilotage.

Ce comité de pilotage est composé de collèges permettant la représentation des établissements de santé du secteur public et du secteur privé, des médecins libéraux, des réseaux de santé et des patients, ainsi que la participation de l’ASIP Santé et des autorités sanitaires régionales.

Un comité d’éthique et de bonne conduite professionnelle regroupant les représentants des ordres régionaux s’assure de l’intérêt scientifique des travaux menés et du respect des règles d’éthique attachées au domaine de la santé.

L’implication des acteurs de santé

Le GIP et ses partenaires régionaux ont décidé de constituer un groupement de coopération momentané, le GCM iConvergence DMP Midi-Pyrénées, qui permet de conduire le projet.

Les actions pour la mise en œuvre des processus organisationnels structurants au niveau régional sont conduites avec les acteurs dans le cadre d’un comité opérationnel : spécification et mise en place des connecteurs, identitovigilance, gestion de l’annuaire des professionnels de santé.

En organisant la concertation et la collaboration de l’ensemble des acteurs – établissements de santé, réseaux et libéraux –, le GIP Réseau Télémédecine et eS@nté Midi-Pyrénées s’inscrit dans la dynamique de préfiguration de l’espace numérique régional de santé.

L’imagerie au cœur des échanges de télémédecine

Face aux problèmes de démographie médicale, l’organisation de la référence téléradiologie dans le cadre de la permanence des soins constitue actuellement un enjeu prioritaire pour l’organisation régionale du système de santé en Midi-Pyrénées.

Dans la région, la télémédecine s’est donc développée en permettant aux radiologues des établissements qui doivent assurer une compétence polyvalente optimale pour les divers types d’investigation de bénéficier des conseils et du retour sur expérience de leurs confrères du pôle hospitalo-universitaire, spécialisés dans les différents domaines.

Une initiative de téléradiologie pionnière

En 2008, une solution de téléradiologie utilisant un réseau régional haut débit sécurisé a ainsi été mise en œuvre par le GIP RTeS@ Midi-Pyrénées. Elle permet de garantir :
– la qualité de visualisation des images, avec des stations diagnostiques adaptées ;
– la souplesse d’utilisation, avec possibilité d’accès Web ;
– la structuration des échanges : données cliniques associées à la demande d’avis, formalisation de la réponse du radiologue sollicité en référence, identification des professionnels impliqués ;
– la sécurité : confidentialité, intégrité, traçabilité, archivage centralisé.

Une approche transverse

Cette solution de téléradiologie véhicule les images radiologiques dans une dimension transversale, dès lors qu’une prise en charge coordonnée est nécessaire : demande d’avis du neurochirurgien pour la prise en charge des traumatisés crâniens et vertébro-médullaires, demande d’avis du neurologue spécialisé en neurologie vasculaire pour la prise en charge des accidents vasculaires cérébraux, RCP en cancérologie, téléstaffs interrégionaux d’oncopédiatrie, etc.

Le DMP régional offre une interface adaptée

Au-delà de l’interopérabilité des systèmes, le DMP régional a été conçu autour de l’interopérabilité des pratiques et de l’intégration des processus. Cela permet son utilisation dans l’exercice quotidien des praticiens, lors de l’accueil du patient en cabinet libéral ou en établissement de santé.

Les systèmes d’information de santé des établissements ont été adaptés et les services d’admission sont formés aux processus d’ouverture des DMP directement depuis leur logiciel métier. La réflexion autour du recueil du consentement du patient et la gestion des droits d’accès aux professionnels autorisés par le patient a été particulièrement mûrie et intégrée dans le développement des connecteurs avec les différents logiciels utilisés dans les services d’admission des établissements.

L’imagerie s’intègre parfaitement au DMP

Dans les services médicaux, les utilisateurs – et notamment les radiologues – peuvent consulter et alimenter le DMP via un connecteur IHE-XDS, une intégration transparente dans le logiciel métier conformément au cadre d’interopérabilité de l’ASIP Santé, ou bien en utilisant une application Web de visualisation et de saisie.

Un serveur d’images permet d’ores et déjà de recevoir en DICOM sécurisé, par flux encapsulés dans de l’https, les examens de radiologie ou les images clés sélectionnées par les radiologues. Des travaux d’intégration sont en cours afin de pouvoir référencer ces examens au niveau du DMP.

Le DMP, pivot autour duquel s’organise la télémédecine

Dans le cadre d’une demande d’avis, la solution de téléradiologie permet au médecin demandeur de consulter le DMP, de référencer les éléments pertinents du dossier dans les données cliniques associées à la demande, puis de reverser au DMP le compte rendu de télémédecine après l’échange, avec un lien vers l’examen d’imagerie associé.

Une mutualisation régionale des infrastructures pour un meilleur partage des images

Les besoins croissants de partage d’images, tant au niveau de la discipline de radiologie, lors de gardes ou de vacations, que sur le plan pluridisciplinaire, nous ont amenés à entamer une réflexion autour d’un projet de mutualisation/PACS régional. Outre les bénéfices en termes de mutualisation des infrastructures, il permettrait de garantir le partage sécurisé des images et des comptes rendus associés, en assurant l’interopérabilité des systèmes, l’identification du patient, l’authentification des professionnels et la gestion des droits d’accès.

Le médecin radiologue dispose d’autres outils de partage

À côté du DMP et de la solution de téléradiologie, le radiologue dispose en plus d’un ensemble de services destinés à promouvoir le partage et les échanges sécurisés depuis un portail unique d’accès :
– des outils collaboratifs : partage de documents au sein d’un groupe de professionnels, partage d’agendas, gestion de projet ;
– la publication d’offres de soins, à destination du grand public et des professionnels de santé ;
– une messagerie sécurisée qui permet de chiffrer et de signer des messages via la carte de professionnel de santé (CPS).

Des enjeux éthiques

La télémédecine, la e-santé et le DMP s’inscrivent dans l’évolution des pratiques professionnelles, pour améliorer la qualité, la coordination et la continuité des soins délivrés aux patients, en adéquation avec les besoins territoriaux.

Le devoir d’information, de recueil du consentement du patient, de traçabilité des échanges et de protection de la confidentialité des données de santé constituent des enjeux majeurs dans la relation de confiance établie avec le patient dans le cadre des pratiques collaboratives, auxquelles doivent présider les valeurs éthiques et humaines.

Pr L. LARENG, Dr M. SAVOLDELLI, K. SEYMOUR, F.X. BOUTIN, GIP Réseau Télémédecine et eS@nté Midi-Pyrénées