Ce que nous pouvons retenir de l’expérience anglaise

Le mag numéro 2 | 04 Apr 2012
Le Royaume-Uni a entrepris de très importants projets informatiques dans le secteur de la santé. Même si tous les programmes n’ont pas atteint leurs objectifs, on peut en tirer certaines conclusions riches d’enseignements.

De l’expérience anglaise, nous pouvons retenir de belles réalisations. Par exemple, le système de santé public, appelé « National Health Service » ou NHS, possède désormais un réseau de données sécurisé qui relie chaque établissement de santé, avec un identifiant unique pour chaque patient, un système de réservations national permettant aux patients d’avoir accès à n’importe quel hôpital, la mise en place à l’échelle nationale d’un système d’archivage et de transmission d’images…
Mais certains obstacles ont été rencontrés. Par exemple, la mise en place du dossier médical électronique des patients a été retardée en raison des craintes du public sur la confidentialité des données de santé et sur la sécurité de la numérisation des dossiers médicaux des hôpitaux. 
 
De ces difficultés, nous pouvons tirer cinq enseignements : 
 
1. reconnaître que le secteur de la santé est un environnement qui change constamment : les systèmes informatiques mis en place doivent pouvoir être facilement adaptables en fonction des évolutions des priorités publiques et politiques ;
 
2. les bénéfices pour les patients et les professionnels de santé doivent être une priorité (voir interview de Magali Leo) : si le programme ne prend en compte que des avantages administratifs ou financiers, le soutien de ceux qui comptent le plus n’est pas assuré ;
 
3. ne pas informatiser de mauvaises pratiques de travail : l’informatique est un outil destiné à améliorer le secteur de la santé, pas une fin en soi ;
 
4. faciliter l’appropriation du programme par les responsables locaux : s’ils ne sont pas engagés dans le projet, ils ne le soutiendront pas si un problème se présente ;
 
5. imposer des normes sanitaires et technologiques rigoureuses, fondées sur les meilleures pratiques internationales : c’est la condition pour innover en évitant le gaspillage.
 
L’ASIP invitée à l’ambassade du Royaume-Uni à Paris
Le 15 mars dernier, l’ASIP Santé était invitée à l’ambassade du Royaume-Uni, à Paris, pour participer à la conférence “Connected Health Challenges, Franco British Conference on E-Health & Autonomy”. L’objectif de ce rendez-vous : faire se rencontrer les acteurs industriels et institutionnels des deux pays et instiller des projets de coopération économique, notamment dans le domaine de la e-santé.

Crédit photographique : Lee Bailey - Licence creative commons