Danemark : un modèle pour la e-santé

Le mag numéro 2 | 04 Apr 2012

Légende de la photo :
 le projet de télésurveillance du syndrome d’obstruction pulmonaire chronique « COPD Briefcase » développé par la Syddansk Universitet au Danemark permet au patient de bénéficier d’une consultation de contrôle à distance.
Le Danemark est particulièrement en avance en matière de développement des services de e-santé. Explications et applications concrètes. 
Le Danemark est un territoire particulièrement réceptif à la e-santé. En voici les principales raisons : 
 
Il s'agit d'un pays peu vaste et peu peuplé, qui possède un système de santé centralisé : les décisions publiques en termes de santé sont donc applicables sur le terrain plus rapidement.
 
la connectivité à haut débit est l’une des plus élevées d’Europe. Au total, toutes les institutions médicales, 80 % de la population et 98 % des médecins généralistes disposent d’un accès à Internet. Plusieurs études ont d’ailleurs placé le système informatique danois au premier rang mondial. Cette efficacité technologique permettrait aux médecins de gagner près de 50 minutes par jour sur leurs tâches administratives ;
 
la population est habituée à la transmission numérique sécurisée de données personnelles. Depuis plus de quarante ans, tous les citoyens danois reçoivent un numéro d’identité personnel unique à la naissance qui, à l’instar de l’identifiant national de santé (INS) français, est utile pour la conservation, l’hébergement et la transmission des informations de santé de chacun. Pour leur accès à la santé ou à l’assurance maladie, une signature électronique est émise. 
 
le pays a adopté le suivi médical dématérialisé et les technologies de l’information appliquées à la santé depuis plus de dix ans. Aujourd’hui, la quasi-totalité des généralistes et près de la moitié des hôpitaux utilisent le dossier électronique, homologue du DMP français. Même les ambulanciers ont accès aux dossiers médicaux informatisés, si bien qu’ils peuvent les mettre à jour pour informer les médecins pendant que le patient est conduit aux urgences, ce qui permet un gain de temps précieux.
 
Dans ce cadre favorable, le gouvernement encourage les projets de télémédecine les plus innovants. Par exemple, à l’hôpital de Thy-Mors, dans la région rurale du Jutland, les médecins utilisent des logiciels permettant d’extraire les données du dossier d’un patient et de les superposer sur une image du corps humain en trois dimensions. Grâce à ce système, ils peuvent très rapidement disposer d’un historique médical et d’une imagerie médicale très précise : en zoomant et en cliquant sur des parties, des informations plus détaillées apparaissent. 
 
Et le Danemark entend bien partager son expérience avec les autres pays européens. Il participe notamment à des projets de réflexion sur une coordination des systèmes de e-santé à l’échelle européenne.
 
Pour aller plus loin, consultez les articles suivants :