Un service à valeur ajoutée médicale du DMP en projet à Amboise : le Volet Médical de Synthèse

Centre | 14 févr. 2012
 
Unique outil d’aide à la coordination des soins opérationnel à l’échelle nationale, le DMP fonde aussi sa pertinence sur son adaptabilité : il est amené à évoluer de manière régulière afin de coller au mieux aux différents contextes de son utilisation. Dans ce sens, de nombreuses expérimentations sont en cours sur des applicatifs futurs qui viendront enrichir le socle de base du logiciel DMP. Focus sur le Volet Médical de Synthèse, l’une des plus prometteuses de ces expérimentations, menée dans le bassin de santé d’Amboise.
Lancé depuis un an déjà, le dispositif technique du Dossier Médical Personnel (DMP) est opérationnel: la création, l’alimentation, la lecture en accès WEB ou via les Logiciels Métiers DMP sont désormais possibles pour faciliter la coordination des soins et l’accès à ses données de santé par les patients.
 
Les travaux de l’ASIP Santé, qui assure la maîtrise d’œuvre du projet DMP au plan national, se focalisent désormais sur l’appropriation de l’outil par les futurs usagers. Cette bonne appropriation  conditionne en effet le déploiement du DMP sur le territoire, et donc sa pertinence, étant donné qu’il n’a de sens que s’il permet d’interconnecter les professionnels de santé pour échanger entre eux, notamment entre les établissements  et le secteur ambulatoire.
 
Dans ce cadre, l’URPS médecins libéraux du Centre, soutenue par l’ARS de la région Centre, mène actuellement une expérimentation sur l’ajout d’un Volet Médical de Synthèse (VMS) dans le DMP. Parfaitement en ligne avec la stratégie de développement des usages de l’ASIP Santé, le projet a été intégré au programme « Déploiement du DMP en région » lancé par l’ASIP Santé à l’été 2011, et pour lequel la région a été retenue. Il bénéficiera donc à ce titre d’un soutien financier pour sa mise en œuvre et son évaluation.
 
L’objectif principal du projet est de démontrer que le dépôt le plus rapide possible d’un Volet Médical de Synthèse sur le DMP d’un patient lui donne immédiatement une très importante valeur d’usage, qui à elle seule est susceptible d’emporter l’adhésion de l’ensemble des acteurs du dispositif.
 
Dans sa première version, ce VMS, qui prendra la forme d’un fichier PDF, intègrera des informations comme les antécédents médicaux et chirurgicaux, les problèmes en cours, le ou les traitements de fond suivis par le patient, et les allergies. Ce périmètre, défini en concertation avec l’ASIP Santé et les acteurs de terrain, reprend les éléments déjà existants dans les dossiers informatiques des professionnels de santé, et ce afin de donner la priorité à la facilité d’utilisation et de mise en œuvre par les médecins, et pour assurer une grande rapidité de dépôt et d’accès aux données.
 
Dans un deuxième temps, un VMS structuré information par information pourrait même devenir l’élément central et indispensable de structuration du DMP lui-même, en étant intégré directement à son interface. En effet, au-delà de cet objectif d’usage, ce projet vise à structurer en priorité les données de santé destinées à être traitées de façon automatique, pour pouvoir circuler et être exploitées de façon efficace par les moyens informatiques.
 
Réalisé sur le bassin de santé d’Amboise, en Indre-et-Loire, le projet concerne environ 40 000 habitants, 54 médecins libéraux, généralistes et spécialistes, et 7 établissements de santé ou médico-sociaux : le Centre Hospitalier Inter Communal Amboise Château-Renault, 4 EHPAD, un établissement de post-cure, et un établissement de rééducation fonctionnelle.  D’ailleurs, cette mobilisation générale et simultanée de tous les acteurs de santé d’un bassin de santé est l’une des conditions de succès identifiées par les porteurs du projet d’Amboise.
 
Parmi les actions concrètes préparant cette expérimentation, 40 médecins ont suivi une formation d’une journée portant sur la tenue du Dossier Médical, l’édition automatique (sans double saisie) d’un Volet Médical de Synthèse, sur la gestion du DMP (Création, lecture, alimentation …) et ce sur l’ensemble des Logiciels Métiers DMP compatibles utilisés par les médecins.
 
L’informatique médicale en France est à un tournant : elle devient communicante. Une information ne peut circuler et être utilisée de façon efficace par les moyens informatiques que si elle est structurée. Un DMP porteur d’un VMS et de l’ensemble des documents rattachés aux pathologies qui le constituent serait, à nos yeux, d’un intérêt majeur. Il permettrait une lecture en mode « ligne de vie » de chaque pathologie avec visualisation à la demande des documents rattachés voire de l’imagerie via interconnexion avec les « Picture Archiving and Communication Systems »(PACS).  Bien structuré, un VMS peut devenir à terme un élément central et indispensable du DMP, et donc un formidable facteur de son usage, au bénéfice de tous.
 

Dr. Jean-Michel LEMETTRE
Médecin Généraliste,
Membre de l’URPS Médecins Libéraux de la région Centre
Region: