Dominique Maraninchi : "La Cancérologie : l’INCa et l’ASIP Santé partenaires"

Points de vue | 22 avr. 2010
Point de vue de Dominique Maraninchi (INCa).
 
La complexité des parcours de soins en cancérologie et la multiplicité des acteurs nécessitent une meilleure coordination des différents professionnels, afin de mieux accompagner le malade pendant et après les traitements. 
 
Dominique MaraninchiLe plan cancer 2009-2013, lancé par le président de la République le 2 novembre 2009, a inscrit parmi ses objectifs le développement des outils de coordination et de partage entre professionnels de santé hospitaliers et libéraux, ainsi que la mise en œuvre d’un plan d’actions conjoint entre l’Institut national du cancer (INCa) et l’Agence des systèmes d’information de santé (ASIP Santé). Le but : développer l’usage et les services du dossier communicant de cancérologie (DCC) dans le contexte du déploiement du Dossier Médical Personnel (DMP). Pour sa part, le programme de relance du DMP et des systèmes d’information partagés de santé a été présenté par la ministre de la Santé en avril 2009. C’est dans ce contexte que l’INCa et l’ASIP Santé ont signé, le 9 décembre 2009, un accord de partenariat pour le développement du dossier communicant de cancérologie (DCC).
 

Optimiser le service rendu aux praticiens 

Cette annonce a été faite à l’occasion d’une réunion nationale des réseaux régionaux de cancérologie (RRC), qui assurent la maîtrise d’ouvrage du projet  DCC au niveau régional. Le partage des données médicales entre professionnels de santé constitue l’action 18.3 du plan cancer, qui comporte deux volets : formaliser et tester le contenu minimal du courrier récapitulatif de sortie adressé au médecin traitant, déployer le DCC dans le cadre de la relance du DMP et élaborer un cahier des charges spécifique et un programme d’actions. 
 
Le programme de relance du DMP et des systèmes d’information partagés de santé prévoit l’intégration du DCC comme service du DMP. À cette fin, l’INCa et l’ASIP Santé ont décidé de mettre en commun leurs moyens pour optimiser le service rendu aux professionnels de santé, y compris le médecin traitant, qui utilisent ces informations. Pour chaque patient, l’usage du DCC offrira la possibilité à terme d’accéder en particulier aux données des réunions de concertation pluridisciplinaire (RCP), aux comptes rendus d’anatomopathologie, aux comptes rendus opératoires, aux lettres de sortie des malades.
 
La réflexion menée entre l’ASIP Santé et l’INCa permet également de s’ouvrir à la mise en place d’un système d’information des réseaux régionaux, pour gérer les outils et les services nécessaires à l’activité de cancérologie (notamment annuaires de RCP, élaboration de programmes personnalisés de soins (PPS), accès aux recommandations de pratique clinique et aux registres des essais …).
Un document cadre commun INCa/ASIP Santé concernant le développement du DCC/DMP sera publié au premier semestre 2010.
 
Dominique Maraninchi, président de l’Institut national du cancer (INCa).