Mobiliser toutes les énergies autour du DMP

Points de vue | 14 mars 2012
Point de Christian Huart, directeur du GCS e-santé Picardie.

L’antériorité de la région Picardie dans le déploiement de services de e-santé est un atout considérable pour mobiliser les acteurs de santé dans l’adoption du DMP. Retour d’expérience.
 

Quels sont les projets majeurs du GCS e-santé Picardie ?

Nous travaillons essentiellement autour de deux axes, avec des projets liés au partage de l’information médicale et d’autres à la télémédecine. En matière de partage d’information, cela concerne essentiellement le DMP, le DCC ou encore les réseaux de santé. En matière de télémédecine, nous avons lancé un projet qui a abouti à la première téléconsultation en décembre 2011. Ce projet, intitulé COMEDI-e (Coopération médicale innovante en e-santé) propose la mise en place d’une plate-forme de services qui a vocation à outiller l’ensemble des activités de télémédecine. Nous poursuivons également le déploiement du réseau de télécommunication sécurisé régional accessible aux établissements de santé de la région. Enfin, dans le cadre du programme émergence, nous travaillons à l’élaboration d’une politique de sécurité des systèmes d’information, focalisée sur les ENRS.
 

Quelles sont les principales caractéristiques du projet DMP en Picardie ?

La Picardie était l’une des quatre régions préfiguratrices du DMP. Depuis 2007, nous avions déployé le dossier médical régional, dossier qui a permis de tester la dynamique d’un partage d’information médicale tant auprès des établissements de santé que des professionnels médicaux libéraux. Lorsque nous avons clos ce dossier, fin 2011, environ 150 000 patients en avaient bénéficié. À l’issue de cette phase, nous avons donc été l’une des premières régions à basculer vers le DMP. Nous avons procédé à cette transition pour arriver, fin 2011, à 11 établissements de santé DMP-compatibles, 283 professionnels de santé en mesure de créer et d’alimenter des DMP, et environ 15 000 dossiers créés.
 
 

Quels sont aujourd’hui vos objectifs en regard du DMP ?

L’un de nos objectifs est de mobiliser davantage encore les patients, afin qu’ils puissent s’approprier le DMP, qui est désormais « leur dossier ». L’idée sera également de faire en sorte que sept à huit établissements supplémentaires soient DMPcompatibles, ainsi que plusieurs dizaines de professionnels de santé libéraux. Cela passe par une accentuation des actions de communication initiées en 2011 auprès des établissements, des médecins, des infirmières ou des masseurs-kinésithérapeutes, mais aussi du grand public. Nous devons désormais déplacer les curseurs sur trois fronts : les éditeurs, afin que leurs solutions soient DMP-compatibles, les professionnels de santé libéraux et d’établissement pour qu’ils adhérent au projet et les patients pour qu’ils s’approprient le DMP.
 

À propos de…

Créé en 2008, le GCS e-santé Picardie constitue la maîtrise d’ouvrage en e-santé, dont l’objectif est de favoriser le développement des systèmes d’information dans le domaine de la santé et du secteur médico-social pour la région Picardie. Il a vocation à contribuer à l’amélioration de la prise en charge du patient dans un souci d’efficience du système de santé en région Picardie, au moyen d’une politique de modernisation des systèmes d’information, en conformité avec la politique régionale de santé définie par l’ARS de Picardie.