MSSanté: un outil indispensable pour développer les réseaux de soins

Points de vue | 02 juill. 2014
Trois questions à Gérard Colnat, Secrétaire général adjoint de l'Ordre des masseurs-kinésithérapeutes (CNOMK)



L’Ordre des masseurs-kinésithérapeutes s’est intéressé à la Messagerie Sécurisée de Santé (MSSanté) dès le départ et a été très actif durant la phase de concertation. Pourquoi ?


Comme tous les ordres, le nôtre a été créé dans l’intérêt de nos patients, intérêt qui passe par la confidentialité de leurs données de santé. MSSanté apporte cette garantie, en les protégeant d’éventuelles mains malveillantes. Pour nous, MSSanté est un formidable outil de travail car nous avons constamment besoin d’échanger. Avec ceux qui ont prescrit les soins pour leur communiquer les progrès de leurs patients. Avec nos confrères à propos d’un cas. Et avec les autres acteurs de la santé pour récupérer des bilans, des radios, etc.


Pourquoi avez vous activement milité pour que les adresses comportent le nom de votre profession ?


Qu’ils soient salariés ou libéraux, nos 72 000 praticiens sont aujourd’hui au cœur des réseaux de soins et communiquent au quotidien avec d’autres professionnels de santé. Pouvoir être identifiés et légitimés comme des membres à part entière de ces réseaux, grâce à une adresse qui a du sens, était essentiel. Les infirmiers et d’autres professions de santé nous ont d’ailleurs emboîté le pas, pour obtenir aussi un nom de domaine signifiant.

En quoi la MSSanté va-t-elle potentiellement changer la pratique des masseurs kinésithérapeutes au quotidien ?


L' expérimentation PAERPA, au service des personnes âgées dépendantes, est un bon exemple. Beaucoup de professionnels de santé y interviennent, auprès de patients qui souvent ne parlent plus ou s’expriment difficilement. La communication entre les acteurs est donc essentielle. Ainsi, les médecins peuvent vouloir savoir comment tel patient évolue, comment il bouge, comment il supporte une marche de 10 m ou 30 m, combien il a eu de pulsations après un effort, etc. Et nous, de notre côté, nous avons besoin de savoir de quoi il souffre, si l’infirmière vient de changer son pansement ou toute autre information susceptible d’interférer avec nos soins.


Interview extraite du rapport d'activité 2013 de l'ASIP Santé 



Pour en savoir plus :


La MSSanté dans l’expérimentation PAERPA

Le site du CNOMK