Programme Santé Connectée: les bonnes pratiques au cœur des logiciels de santé

Points de vue | 02 juill. 2014
Trois questions au Dr Florence Maréchaux, chef de projet au sein du service Évaluation et Amélioration des Pratiques de la Haute Autorité de santé (HAS)

Dans le cadre d’un partenariat renforcé autour du programme de travail Santé Connectée, la HAS et l’ASIP Santé développent des DataSets de bonnes pratiques dans les logiciels métiers. Quel est l’objectif ?


Ces DataSets visent à développer trois types de fonctionnalités, au service des professionnels de santé, dans les logiciels métiers :
  • l’accès à des éléments de bonnes pratiques adaptés au profil du patient en cours de consultation ;
  • l’évaluation de la qualité/sécurité des soins et l’analyse des sous-populations de malades pour adapter les prises en charge à leur besoin ;
  • l’échange et le partage de données cliniques clés entre professionnels de santé via le Volet de Synthèse Médicale (VSM) ou d’autres documents de synthèse inscrits dans le cadre d’interopérabilité.
     


Quels sont les prérequis pour le développement de ces fonctionnalités ?

 
Ces fonctionnalités reposent sur des données structurées, standardisées et codées.
Rappelons qu’au sein des logiciels métiers, une donnée clinique peut être saisie :
  • en texte libre (inconvénients : pas d’homogénéité d’une consultation à l’autre, d’un professionnel à l’autre, pas d’exploitation possible de l’information);
  • à partir d’une liste prédéfinie de valeurs (donnée structurée) créée par l’éditeur, voire le professionnel lui-même (inconvénient : pas d’homogénéité d’un logiciel à l’autre, voire d’un utilisateur à l’autre) ;
  • à partir de terminologies de référence, dans un champ donné (définissant le contexte, par exemple : antécédents, consultation, etc.). Dans ce cadre, un terme de la terminologie définit le même objet d’une consultation à l’autre, d’un professionnel à l’autre, d’un logiciel à l’autre. Cela permet de réutiliser cette donnée et le sens qui lui est donné de façon automatique pour développer les fonctionnalités décrites ci-dessus.
 

Quels sont les bénéfices d’une telle démarche ?

 

L’objectif n’est pas de structurer et de coder de façon systématique toute donnée recueillie en cours de consultation. Les DataSets visent à identifier les données hautement significatives qui méritent de l’être. Ces données sont utiles pour le professionnel de santé car elles sont la clé d’un accès immédiat aux bonnes pratiques. Elles facilitent, par leur partage, la coordination des soins. Enfin, elles permettent d’évaluer la qualité/sécurité des soins et d’analyser des sous-populations de malades.


Interview extraite du rapport d'activité 2013 de l'ASIP Santé

 
Pour en savoir plus :