Sébastien Letélié: « la nécessité de partage d'informations en santé est une évidence »

Points de vue | 26 mars 2014
Sébastien Letélié, Directeur technique chez Intuitive (Berger-Levrault), entreprise spécialisée dans le développement d’applications médicales, est également membre de l’association Alsace Digitale, et l’organisateur du 1er Hackathon dédié à la santé en Alsace : le Digital HealthCamp, qui se tient à Strasbourg du 28 au 30 mars. Interview.

Dans le cadre du Hackathon du 28 mars, vous lancez un certain nombre de « défis ». Pouvez-vous nous expliquer brièvement en quoi cela consiste ?


Le principe de l'événement est de faire collaborer des professionnels de santé, des développeurs et des designers autour d'une problématique santé. Pour anticiper la constitution d'équipes, nous proposons une plateforme web sur laquelle les participants peuvent venir proposer un défi à relever. N'importe qui peut soumettre un défi. L'objectif est de commencer à réfléchir en amont de l'événement sur les problèmes existants et les solutions possibles. Chacun peut ensuite alors se positionner sur un ou plusieurs défis en échangeant avec le porteur de défi et les autres participants. C'est seulement le vendredi soir après les pitchs (présentation des défis par le porteur de projet) que les équipes s'officialisent.



Le Cadre d’interopérabilité des systèmes d’information (CI-SIS) occupe une place prépondérante dans ces défis, laquelle ?


Pour préparer l'événement , nous avons mis en place des ateliers d'innovation en petits groupes (30 personnes dont la moitié sont des professionnels de santé) pour faire ressortir de potentiels défis. Au cours de ces ateliers nous avons constaté que le cadre d'interopérabilité était souvent nécessaire à la viabilité des solutions proposées qui nécessitaient d'échanger de l'information avec des solutions existantes. En outre, la pertinence de beaucoup de ces solutions dépendait du CI-SIS.



Le Dossier Médical Personnel (DMP) sera l’élément clé de certains défis également. Pourquoi ce choix ? Quels sont les résultats attendus ?


La nécessité de partage d'informations en santé est une évidence qui est ressortie quasiment à chaque atelier. Nous avons alors demandé à l'ASIP Santé, partenaire de l'événement , de proposer un accès au DMP pour démontrer, par les usages, l'utilité qu’il peut avoir en termes de partage d'informations. L'événement permettra de faire ressortir les avantages et inconvénients du DMP et permettra d'améliorer ce service.



Ce type d’événement doit exister dans d’autre pays. Quels sont les retours ? Suscitent-ils un engouement chez les industriels et les professionnels de
santé ?


Je reviens juste de Montréal au Canada qui organisait la 6ème édition canadienne de Hacking Health. C’est à ce jour la plus importante manifestation de ce type au monde puisqu'elle a rassemblé plus de 500 participants dont un tiers de professionnels de santé. La motivation des participants et leur volonté d'améliorer un sujet qui nous touche tous personnellement est le vrai moteur de cet événement . Sur 52 défis proposés, 30 ont été retenus et les démonstrations des équipes le dimanche après-midi étaient vraiment impressionnantes.

Pour la première fois, cet événement a pu être organisé dans le CHU Sainte Justine de Montréal et le Dr Brunet Directeur Général de l'hôpital s'est engagé à supporter tous les projets proposés. Ce que nous constatons c'est qu'au fil des différentes éditions, l'implication des professionnels de santé et des industriels est de plus en plus forte. Les professionnels de santé sont heureux de pouvoir parler de leurs problèmes et de trouver des personnes pour les aider à mettre en place des solutions de manière concrète et efficace. Les industriels eux y trouvent des axes d'innovation et de nouveaux marchés potentiels mais ils sont une minorité : beaucoup d'entre eux ne participent pas. J'en ignore la raison de fond mais je suis persuadé que ceux qui ne choisissent pas ce chemin d'ouverture et d'innovation ont peu d'avenir dans le secteur.




Pour plus d’informations :

crédits photo: © Sébastien Letélié/Digital healthcamp/ASIP Santé