11/02/2021 | Projets nationaux

L'envoi des comptes-rendus de biologie en données structurées

Qu'est ce que l'interopérabilité en biologie ?

Depuis 2009, le Cadre d’Interopérabilité des Systèmes d’Information de Santé (CI-SIS) fixe les règles d’une informatique de santé communicante. Il a pour but de faciliter la coopération entre les professionnels de santé impliqués dans les parcours de santé des patients et pour aider la décision médicale. Le compte-rendu de biologie (CR-BIO) est concerné par la mise en conformité au CI-SIS. En effet, la structuration du compte-rendu doit être au format CDAR2N3 et comporter la nomenclature internationale LOINC (HL7V2 pour les échanges intra-hospitaliers). 

L’en-tête et le corps du CR-BIO doivent être structurés au format Clinical Document Architecture Release 2 (CDAR2 N3). Les codes LOINC (Logical Observation Identifiers Names and Codes) sont véhiculés dans le corps d’un compte-rendu de biologie médicale seulement dans ce format CDAR2 N3. Ce dernier remplace le format HPRIM médecin 3.0 qui n’est plus maintenu par Interop’Santé. 

L’intérêt porté pour l’interopérabilité ne cesse de grandir ces dernières années et cet engouement s’explique notamment par ses nombreux avantages qu’elle confère : 

  • Une meilleure coordination des soins : L’utilisation de ce format donne la possibilité pour un professionnel de santé de comparer les résultats provenant des différents laboratoires de biologie médicale. L’affichage sous forme de graphiques permet la visualisation de l’historique patient sur une analyse précise. Par ailleurs, le professionnel de santé pourra bénéficier d’une intégration quasi-automatique du compte-rendu dans le dossier patient.
  • Une avancée dans la recherche scientifique et médicale : Les grands volumes de données (« Big data ») produits par la biologie offrent aussi de belles perspectives pour la recherche. La structuration du CR-BIO et le codage LOINC faciliteront le traitement de ces données.
  • A l’avenir, un positionnement du patient comme acteur de son parcours de soin : Dans un contexte où les patients s’impliquent dans le suivi de leur santé, la structuration des données laisse envisager le développement de services orientés vers le patient pour rendre leurs données de biologie intelligibles et pédagogiques. 

 

L'ANS vous accompagne

L’une des missions de l’ANS est de définir les référentiels d’interopérabilité mais également d’aider les acteurs concernés à s’approprier l’interopérabilité et la mettre en place dans leur système. Pour cela, plusieurs ressources sont disponibles en fonction des profils de chacun :