Les serious games, le futur de la formation médicale ?

Le mag numéro 7 | 12 avr. 2013

L’application des nouvelles technologies au domaine de la santé ne se limite pas nécessairement aux transferts et au partage de données de santé. Après la formation en ligne ou e-learning, focus sur un nouveau moyen de formation pour médecins et patients : les serious games.
La formation continue des médecins mais aussi l’éducation thérapeutique des patients ont été révolutionnées par les technologies numériques. Le e-learning, autrement dit l’apprentissage par moyens électroniques, fait déjà partie intégrante de la formation des professionnels de santé. L’ASIP Santé a d’ailleurs mis en place un module de e-learning disponible sur le web pour que les médecins puissent se former au Dossier Médical Personnel.

Demain, les professionnels de santé pourraient de plus en plus avoir recours à des jeux vidéos pour parfaire leurs connaissances. Les serious games, importés des Etats-Unis, sont en plein essor

Les serious games, c’est quoi ?


A l’origine conçus par l’armée américaine afin de recruter des futurs soldats (
America’s Army est souvent identifié comme étant le premier du genre), les serious games se sont ensuite élargis à d’autres secteurs. Le concept est simple : il s’agit d’un jeu vidéo dont la finalité n’est pas strictement limitée au divertissement, mais vise une intention « sérieuse », qui peut être pédagogique (voir définition sur Wikipedia). En d’autres termes, dans le champ de la formation, un serious game est un jeu qui permet d’apprendre en s’amusant.

Quelques exemples



Dans le domaine médical, Pulse ! est un des premiers serious games conçus. Développé aux Etats-Unis, il forme infirmiers et médecins en les mettant en situation de soigner un patient :



Dans le jeu Pulse ! le médecin doit prendre les bonnes décisions pour sauver son patient virtuel.

En France, on peut citer
SIMUrgences, développé par la société Interaction Healthcare, qui a remporté en janvier dernier le Prix spécial du jury des médecins spécialistes lors du Festival de la communication santé :



Dédié aux cardiologues et aux urgentistes, SIMUrgences est un module en 3D temps réel qui forme les médecins à la prise en charge des patients en situation d'urgence cardiaque.

Uniquement pour les médecins ?



Dans la santé, les serious games ne concernent pas uniquement la formation des médecins, ils interviennent aussi pour le suivi, la rééducation voire le diagnostic des patients.

A titre d’exemple, on peut citer Voracy Fish, un jeu de rééducation des membres supérieurs post-AVC, élu meilleur projet industriel e-santé lors des Rencontres de la e-santé 2012. :

FILM VORACY 2 121012 from GENIOUS - Philippe VALLE CTO.



Ou encore Ludomedic, qui vise à préparer et accompagner les enfants et leurs parents à une hospitalisation (
jouable directement en ligne)

Enfin les serious games santé peuvent également s’adresser au grand public, avec par exemple Staying Alive, une simulation dédiée à la formation aux gestes qui sauvent, proposée par l'Université Paris Descartes et Dassault Systèmes : 




Un secteur en plein développement et soutenu par l’Etat


Le marché français du serious game, représenté par de nombreuses PME innovantes et exportatrices, s’élevait à 47 millions d’euros fin 2011 et pourrait atteindre 84 millions d’euros fin 2015 (chiffres IDATE). Particularité nationale, la
forte présence de la santé dans les secteurs demandeurs de serious games.

L’Etat encourage d’ailleurs ce développement : en 2009, le Ministère de l’économie avait lancé un
appel à projets Web 2.0 et serious gaming, avec à la clé 20 millions d’euros pour le seul secteur du jeu vidéo.
Plus récemment, rappelons que le volet e-santé des Investissements d’avenir prévoyait une enveloppe de 300 000 à 4 millions d’euros, notamment pour les projets « d’aide pour le maintien à domicile de personnes fragiles ou dépendantes : surveillance, coordination des acteurs sanitaires et médico-sociaux ainsi que des aidants, lien social, stimulation, serious game »

Enfin, des initiatives locales émergent également pour soutenir le développement des serious games, comme par exemple cet
appel à projet lancé par le Conseil régional d’Aquitaine.

Comme le remarquait le Dr Dominique Dupagne, auteur du blog
www.atoute.org, lors du dernier colloque de l’association Formatic Santé, auquel participait l’ASIP Santé, il semblerait bien que « le serious game en réseau [soit] l’avenir du e-learning ».


© JohanSwanepoel - Fotolia.com